Reconnaissance faciale : Generation Libre alerte les députés

Auditionnées par la mission d’information sur l’identité numérique, Mathilde Broquet-Courboillet et Isabelle Landreau défendent notre proposition de patrimonialité des données, rappellent notre combat contre le fichier TES et discutent le projet de reconnaissance faciale.

A l’Assemblée nationale, questionnée par la rapporteure Christine Hennion dans le cadre de la mission d’information comprenant Paula Forteza et présidée par Marietta Karamanli, Mathilde salue les bonnes intentions du Gouvernement mais rappelle que les risques de dérives liés à la reconnaissance faciale sont considérables pour la vie privée des citoyens et les libertés individuelles. Mathilde souligne par ailleurs que le risque zéro n’existe pas.

« Il ne faut pas une base unique de l’identité légale, et il faut un chiffrement des données. » Isabelle revient sur notre combat contre le fichier TES, qui centralise les informations des cartes d’identité des Français sur un fichier unique. Un combat partagé avec l’association La Quadrature du net, également auditionnée.

Isabelle et Mathilde expliquent d’emblée que la patrimonialité des données, le fait que chacun puisse devenir propriétaire de ses données personnelles, représente une révolution juridique à même de concilier libertés individuelles et identité numérique au XXIème siècle.

Fermer le menu